cldcultureardecheverteardeche verteardecheardecheardeche verte

Vous êtes ici : Accueil » Développement rural » Charte Forestière » Gérer et exploiter la forêt

-

Gérer et exploiter la forêt


La surface boisée du territoire représente 42 000 Ha, soit un taux de boisement de 45% en moyenne mais qui varie de 9% à 86% selon les communes. La forêt, essentiellement de résineux, est récente en Ardèche verte faisant suite au phénomène de déprise agricole de la 2ème moitié du XXème siècle et elle progresse depuis continuellement sur le territoire.


 

Un manque de gestion


Quatre unités forestières homogènes ont été déterminées dans le cadre de la Charte Forestière. Schématiquement, les unités forestières d’altitude ont des caractéristiques proches des forêts productives du Massif Central tandis que les unités forestières de moyenne et basse altitude se rapprochent plus des forêts méditerranéennes peu productives.

Sans grande tradition forestière, l’Ardèche verte souffre clairement d’un déficit de gestion de ces forêts (manque de travaux sylvicoles). A travers ses visites conseils, le technicien du CRPF peut orienter les propriétaires privés dans leur choix. Il est possible de confier la gestion de sa forêt à un Homme de l’Art, le propriétaire peut faire appel à une coopérative forestière (COFORET ou GPF 43) ou à un expert forestier.

Une forêt sensible au réchauffement climatique


L’état sanitaire des forêts de l’Ardèche verte semble s’être dégradé ces dix dernières années essentiellement pour des raisons climatiques. Les épicéas sont ainsi fortement touchés par des scolytes et des champignons. Certains douglas et sapins à basse altitude ou sur versant sud souffrent. Le cèdre, considéré comme une essence d’avenir et largement introduit sur le secteur annonéen fait fasse également à un dépérissement inexpliqué au stade adulte. C’est pourquoi une étude d’ampleur est actuellement menée par l’Institut du Développement Forestier avec l’aide du CRPF, financée par l’Etat (DRAAF) et la Région par le biais de l’Ardèche verte.

Sortir les bois


Si le réseau de desserte forestière est réputé correct en Ardèche verte, le maintien en état des routes et pistes forestières est très problématique. Il cache parfois un problème de statut juridique de ces voies qui n’ont parfois jamais été régularisées depuis leur création. Mais c’est surtout un manque de moyens financiers de la part des collectivités quand elles en ont la charge ou un manque de volonté des propriétaires privés quand cet entretien leur revient.